FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

Ma première passion (avant la photographie de portrait)

Note utilisateur:  / 5
MauvaisTrès bien 

Je suis née dans une cuvette de laboratoire ! Fille et petite fille de photographes,  la photographie serait donc chez moi une seconde nature.

Pourtant, peu d’entre vous connaissent ma première passion, la Préhistoire !

prehistomuseum batimentMes études de photographie, je les ai faites par opportunisme. Elles ont été pour moi l’occasion de quitter le cadre étriqué d’un collège dirigé par des religieuses où j’étouffais. Elles m’ont permis à la fois d’aiguiser et d’élargir mon regard sur les choses de la vie.

Mes parents photographes étaient impatients de m’accueillir dans le métier mais je n’avais pas encore 18 ans et ma soif d’apprendre était trop grande et à vrai dire, ce métier ne m’attirait plus.

J’ai donc décidé d’entreprendre d’autres études et mon choix s’est porté sur l’histoire de l’art pour poursuivre après en journalisme.

Dès le premier trimestre, j’ai eu un coup de foudre pour une matière à laquelle je croyais être allergique : la préhistoire !

Auparavant, je trouvais cette matière profondément rébarbative mais j’ai eu la chance d’avoir un professeur fabuleux, Marcel Otte, qui m’a révélé la richesse de cette matière.

Apprendre la préhistoire, c’était pour moi tenter de répondre à trois questions : d’où vient-on ? qui sommes-nous ? où allons-nous ?prehistomuseum extérieur

C’est vrai que le passé éclaire le présent.

Depuis son berceau africain, quel parcours fabuleux l’Homme a fait !

La bipédie, la maîtrise de l’outil, le langage pour communiquer et transmettre ses connaissances, la maîtrise du feu, la pensée symbolique et tant d’autres choses pour devenir le Cro-Magnon que nous sommes ! Vivre en symbiose avec la nature dans des conditions climatiques parfois extrêmes et puis finalement parvenir à domestiquer cette nature pour créer le terreau des grandes civilisations de l’Antiquité.

Comme le dit si bien Fernand Collin, « connaître son passé est une nécessité et la Préhistoire démontre que nous sommes une seule et même Humanité avec une grande diversité d’expressions culturelles. Ce qui était vrai hier l’est aussi aujourd’hui ».

 La préhistoire est une belle leçon d’humilité.

prehistomuseum fernand collinMais je n’ai pas eu la chance d’exercer le métier d’archéologue car mon père est décédé inopinément lorsque j’écrivais mon mémoire. C’était en plein été et j’ai naturellement aidé ma maman dans son métier alors qu’elle était très dépourvue. Et puis, j’ai mis un doigt, une main, le bras… et je me suis plongée toute entière dans le métier de photographe.

De mon expérience universitaire, j’ai gardé l’esprit critique et surtout mes meilleurs amis.

Et c’est mon attirance pour l’Humain qui a déterminé mon choix de devenir portraitiste et ce sont mes clients et mes sujets qui m’ont fait apprécier mon métier. Aujourd’hui, je ne voudrais pas revenir en arrière, je fais le plus beau métier du monde !

 Mais pourquoi est-ce que je vous parle de Préhistoire ?

Parce que j’ai envie de partager avec vous cette passion et de la plus belle des manières.  En Belgique et en région liégeoise, nous avons la chance d’avoir le plus grand musée de préhistoire d’Europe !

Le Préhistomuseum de Ramioul (autrefois préhistosite) a ouvert ses portes le 7 février après trois ans de travaux.

prehistomuseum marie wera

Un projet très ambitieux dans le climat morose dans lequel est plongée la Culture.

 Ce musée hors du commun niché dans un espace de 30 ha classés Natura 2000, allie l’expérience culturelle à l’expérience touristique.

Autrement dit, c’est une autre façon de vivre le musée !

Une muséologie interactive 3.0 pour découvrir autrement les collections et les métiers de l’archéologie.

Des ateliers animés par des archéologues pour vous montrer comment faire du feu, tailler du silex, tirer au propulseur, déplacer un mégalithe…

Des reconstitutions d’habitat paléolithique et néolithique.

Des activités en extérieur : un labyrinthe végétal de l’évolution d’où on sort singe ou homme…, un parcours de tir à l’arc ou au propulseur où vous croiserez des animaux grandeur nature et notamment un mammouth !

Une ferme néolithique, une ballade à faire à pieds nus, une plaine de jeux mammouth,  une cafétéria et un archéorestaurant où un chef, historien de la gastronomie, propose des plats tout droit issus de recettes de l’Antiquité romaine en passant par  la Renaissance liégeoise.

C’est aussi le seul musée qui offre des réductions aux familles ou bien que l’on peut payer à l’heure !

Et puis, j’ai participé très humblement à ce projet en faisant quelques photos.

prehistomuseum archéorestaurant pierre leclercqEn novembre 2014, alors que le musée n’était encore qu’un chantier informe, mon ami Fernand Collin m’a demandé de lui fournir quelques images pour promouvoir les futures activités du Préhistomuseum.

Il fallait traduire en images l’expérience et les émotions que vivraient les visiteurs ; beau challenge ! j’aime bien ces deux termes « expérience » et « émotion » car elles se rattachent à mon métier de portraitiste. Je parle toujours de l’expérience d’une séance photo et ma mission est de capter les émotions.

 Et il y a peu de temps, il a fait appel à moi pour photographier les principaux collaborateurs qui devaient figurer dans les divers articles de presse. Mes deux passions se sont ainsi rejointes !

J’offre donc une entrée d’une journée pour une famille de 4 personnes.

Pour cela, il faut liker et partager ma page Facebook ET celle du Prehistomuseum et placer un petit commentaire pour que je sache qui a participé. Le tirage au sort aura lieu le 29 février et le nom du gagnant sera publié sur ma page Facebook .

 

Alors, qu’attendez-vous pour réveiller le primitif qui est en vous ?

 

prehistomuseum archeorestaurant

prehistomuseum collectionsprehistomuseum collaborateur

prehistomuseum ballade à pieds nusprehistomuseum faire du feu

prehistomuseum ferme néolithiqueprehistomuseum tir à larc

prehistomuseum visite entre amis

prehistomuseum natura 2000